Les jeunes, la quête de socialisation & les nouvelles formes de violence en Afrique – Severin Yao Kouamé

Severin Yao Kouamé est docteur en sociologie, enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara (UAO) à Bouaké, en Côte d’Ivoire.

Fondateur et coordinateur d’Indigo Côte d’Ivoire, l’équipe locale d’Interpeace, il revient dans cette interview avec l’institut de recherche et d’enseignement sur la paix en Afrique, Thinking Africa, sur les conclusions, enjeux et recommandations sur le rapport de son organisation « Au delà de l’idéologie et l’appât du gain  » et aborde plus généralement les enjeux de la jeunesse, de leur socialisation et des nouvelles formes de violence en Afrique du l’Ouest.
————
Quelques verbatims extraits de l’entretien.

Sur les besoins des jeunes en Côte d’Ivoire et au Mali

Beaucoup de jeunes sont en quête de socialisation, en quête de lien social, de reconnaissance et de valorisation. C’est la raison pour laquelle, en termes de réponses, on ne doit plus regarder l’offre ou la réponse à apporter en termes d’offres d’opportunités d’emplois mais plutôt d’offres de capacités à la société de façon que cette dernière puisse mieux intégrer et mieux socialiser ces jeunes.

Sur les écoles confessionnelles

Les écoles confessionnelles et notamment les écoles coraniques, sont dans certains cas, une expérience positive pour les jeunes dans le sens où ces instances réussissent à créer une relation de proximité entre le maître et l’enfant. Parce que beaucoup de ces écoles construisent dans la relation pédagogique une relation de proximité qui valorise le jeune, plutôt que de le considérer comme un simple réceptacle de connaissances. Le maître crée une relation qui va au delà du cadre de l’école de sorte que le maître est aussi bien maître au sein de l’école mais aussi en dehors où il est un modèle d’exemplarité.

Sur la nécessité de travailler sur l’estime de soi

Travailler sur l’estime de soi, c’est comprendre qu’au delà d’une opportunité économique que peut représenter un emploi, il y a du lien social à générer. Comment le travail peut permettre au jeune de se réaliser socialement ? Parce qu’il faut que le jeune se sente valorisé dans sa société, qu’il soit inséré dans sa société. Parce qu’on peut avoir des activités économiques mais considérer que ces activités ne sont pas valorisantes. […] Oui générer des politiques d’emploi, c’est bon. Oui, travailler à assurer aux jeunes des opportunités économiques, c’est bon. Mais il faut aller au delà. Il faut savoir comment nos sociétés adressent l’entrée à l’âge adulte de leurs jeunes.

severinyao