Nous, « les BMW »…

Dans un article titré « Nous, les BMW », Jean-Pierre Mbelu explique pourquoi et comment l’ image caricaturale des Congolais(es) sert d’autres desseins : justifier la prédation organisée du pays et sa balkanisation en méprisant ses habitants.

Voici quelques idées majeures de cet article.

Etre « nous »:

Au lieu de nous voir et de nous considérer à partir de ce que les autres pensent de nous, nous devrions surtout chercher à connaître l’autre, son mode opératoire, sa capacité de nous dévaluer pour mieux nous exploiter. Soyons de plus en plus critique face à « la narration officialisée » de notre être congolais. Nous sommes nous. Avec des qualités et des défauts comme tous les autres peuples du monde. Nous luttons comme les autres peuples du monde pour sortir du gouffre où l’ordre esclavagiste, colonial et néolibéral du monde nous a plongés. Avec la complicité de certains d’entre nous, bien sûr.

Etudier notre culture:

Il nous semble que nous n’avons pas encore pris le temps d’étudier ce que nos chansons nous permettent de gagner quand nous dansons entre nous du point de vue de la santé et de l’approche de nous-mêmes et de l’autre.

Faire face à la narration officielle:

Soyons de plus en plus critique face à « la narration officialisée » de notre être congolais. Nous sommes nous. Avec des qualités et des défauts comme tous les autres peuples du monde. Nous luttons comme les autres peuples du monde pour sortir du gouffre où l’ordre esclavagiste, colonial et néolibéral du monde nous a plongés.

Lire l’intégralité de cet article.